Roo làlà, c’est la rentrée !!

Retour à la maison !

J’ai descendu les vélos de la voiture. Ca y est la rentrée pointe son museau. On ne sait pas trop à quoi s’attendre avec cette rentrée, encore bousculée par l’actualité sanitaire. A quelle sauce on sera mangé.

Pour certains et certaines d’entre nous, cette rentrée active ou réactive des réactions de stress.

Le retour chez soi, à la routine, à tout ce qui peut être un peu coincé chez nous, dans notre boulot ou dans notre relation aux autres.

J’ai récupéré les sangles du porte-vélo que j’utilise aussi (et surtout) sur mon tapis de yoga ! En descendant les vélos donc, voilà à quoi j’ai pensé :

Il y a une certitude : Avec cette nouvelle rentrée, je m’engage vis-à-vis de moi-même à me mettre au centre de mon quotidien, à repenser ma place.

Monter sur mon tapis, me mettre en Centre, cultiver cet espace de calme en moi, développer mon « centre d’observation ».

Alors que faire quand une émotion qui monte, me prend littéralement à « la gorge » ?

Quand cette perspective de rentrée m’éparpille peut-être déjà trop, me transforme en un « bloc de noeuds » ou un « bloc de nerfs » ?

Voici la (double!) piste du jour qui vous invite à la réflexion et à l’action :

Double piste d’action et de réflexion

1. Ne rien faire de cette émotion. Ne pas chercher à la changer (en la jugeant, en la minimisant, en l’exagérant).

2. Se concentrer sur son souffle. Rester avec son corps qui respire. Sans rien modifier.

Attention

Dans ces moments-là, où je m’arrête quelques minutes à posture assise, je vais avoir tendance à prendre une profonde inspiration. Pourtant, il faut chercher à ne rien modifier, être présente au corps et aux sensations du corps quelque soit la nature de ma respiration (courte, saccadée, oppressée, ample…).

Pensez que lorsque, dans ce type de petit exercice, on prend une profonde inspiration, c’est notre ego qui vient chercher le contrôle. On cherche à agir (réduire l’inconfort, augmenter le bien-être…) Pourtant là, ce qui importe, c’est d’être présent(e) à son souffle quel qu’il soit et non d’avoir une action dessus.

S’ancrer dans le présent

Rester présente à la sensation dans le ventre, dans les côtes, dans les omoplates…Cette observation silencieuse du corps me permet de m’ancrer dans le présent. Car les sensations du corps sont au présent. Elles ne sont pas dans le passé ni dans le futur.

Ressentir son corps qui respire me permet de focaliser mon attention. Grâce à cette simple technique, je laisse se déposer, sans agir dessus, l’émotion qui monte et qui me traverse.

Les cours YogaLab redémarrent le 7 et 8 septembre.

Des cours Découvertes OFFERTS sont proposés le 31 août et le 1er septembre pour celles et ceux qui ne souhaitent nous rencontrer. Welcome !

C’est ici par téléphone 07 83 92 83 48 ou par mail contact@yogalab.yoga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.